Un jour, Une femme : Lucie, La Fée Aux Perles

  • Lo.

Lucie, je l'ai rencontrée au détour d'une allée au Salon Baby à Rennes.

Derrière un stand drapé de bleu, recouvert de dizaines de créations douces et colorées, j'ai découvert une sirène au doigts de fée, qui s'appliquait avec une patience inouie à confectionner selon notre volonté, des attaches tétines et jolis colliers d'allaitement pour nos bébés.

Sans mentir, j'ai passé plus d'une heure sur son stand. Déjà à admirer, puis à papoter avec la jolie créatrice. Je l'ai vu défaire et refaire à plusieurs reprise un collier pour une maman indécise, toujours avec le sourire et la bienveillance plein les yeux.

 

Lucie, Créatrice d'Elyce création

A côté d'elle, son compagnon travaillait tout aussi dur et discrètement. Il y avait dans ce couple au travail, une telle dévotion qu'il m'a semblé pénétrer dans une bulle hors du temps en plein milieu de la cohue du salon.

J'ai tout de suite été intriguée par Lucie. On a discuté, et c'est très rapidement confiée l'une à l'autre et je me suis dit qu'il fallait que je vous d'elle.

Des créateurs d'attache tétine, de colliers et de tétines, il y en avait d'autres sur place, mais aucun ne semblait si dévoués et humains qu'eux. On sentait qu'elle était là par plaisir et pour nous. Ca allait au delà d'une simple relation client avec transaction commerciale. Ses bijoux ont une âme et pour moi, ça fait toute la différence.

Alors pour j'ai voulu en savoir plus, et j'ai pensé à ce projet que j'avais de parler des mompreneurs.

Je lui envoyé un questionnaire pour en savoir plus sur son univers et sur l'origine D'Elyce Création, et voilà ce que j'ai découvert...

Le stand d'Elyce création au Salon Baby à Rennes

Le stand d'Elyce création au Salon Baby à Rennes

Peux-tu nous dire qui tu es et ce que tu fais aujourd’hui ?

Je m'appelle Lucie, j'ai 30 ans, et je crée pour les Bébés et les Mamans depuis fin 2013. Au départ simple loisir, c'est devenu au fil du temps un métier à part entière, qui m'a permis de réaliser mon rêve et d'en vivre.

 

Comment t’es venue l’idée de créer des attache-tétines, colliers d'allaitement, etc ?

En septembre 2013, alors que ma petite Alice avait 8 mois, je cherchais un joli attache-tétine personnalisé. J'avais regardé ça et là sur internet, sans concrétiser. En faisant mes courses, je suis tombée par hasard sur une boite créative, contenant du fil, des perles, des lettres, et je me suis dit que j'allais le faire moi-même. Ma "grande" de 2 ans et demi pourrait également s'amuser en réalisant des colliers, on allait s'amuser !

Je travaillais à côté d'un magasin de loisirs créatifs, il ne me restait plus qu'à y acheter le clip. Arrivée dans ce fameux magasin, j'ai trouvé d'autres perles, et j'ai décidé de faire un collier d'allaitement également, pour moi même, tant qu'à faire !

Le matériel n'était pas aux normes, c'était vraiment de l'achat impulsif, mais qui m'a permis de faire mes premiers essais.

Comme j'avais trop de matériel, j'ai également fait des attache-tétines pour sa cousine du même âge, pour d'autres petits chez la Nounou de ma fille...

Le 1er novembre 2013, un jour férié à m'ennuyer, je me suis dit "et pourquoi pas ouvrir une page Facebook, pour voir si ca intéresserait d'autres Mamans ?"

L'aventure était lancée !

Le 1er janvier 2014, je me suis officiellement enregistrée en tant qu'auto-entrepreneur, afin d'être dans les règles.

Les toutes première créations de Lucie !
Les toutes première créations de Lucie !

Les toutes première créations de Lucie !

 

Comment tu t’y es pris pour créer ton projet ? As-tu suivi une formation spécifique ?

Comme je suis juriste, il me paraissait impensable de continuer sans être déclarée ! Bien qu'on en voit beaucoup, et qu'à ce moment là je faisais peu de ventes, il était hors de question de ne pas suivre les règles : je me suis donc enregistrée en tant qu'auto-entrepreneur, directement en ligne. A ce moment là, les formations n'étaient pas encore obligatoires et la procédure relativement simple.

J'ai "appris" à gérer les réseaux sociaux, créer un site internet, faire de jolies photos, communiquer avec les clients... au fil du temps, en faisant des erreurs et en en retirant des leçons. Et j'apprends toujours ! C'est ce qui rend toute cette aventure si enrichissante.

 

Qu'est ce qui te plait le plus aujourd'hui dans ton statut de Mompreneur ?

Dur de choisir quelque chose en particulier... c'est un tout !

Peut-être le fait de tout gérer soi même, en particulier : gérer son temps, gérer son site, gérer les commandes, gérer les achats et stocks, réfléchir aux nouveautés... ça été quelque chose de très nouveau, moi qui ait toujours été salariée, avec des supérieures directs, d'avoir à décider de tout de A à Z, sans rendre de compte, sans demander l'approbation des autres.

Mais il y a également son revers : le stress ! Faire tout, toute seule, courir dans tous les sens (et ceux qui me connaissent savent à quel point je peux m'éparpiller !), se réveiller la nuit en sursaut avec une nouvelle idée ou angoissée d'avoir oublié de faire ci ou ca... Mais ca rend ce travail d'autant plus fascinant : aucune journée ne se ressemble, je ne suis pas très organisée donc je ne sais jamais ce que je vais faire à l'avance (par exemple il y a encore 1/2H je n'avais pas prévu de répondre au questionnaire !), parfois il peut y avoir 1 commande dans la journée, et parfois 10... Tout en faisant tout ça à la maison, avec les enfants et les tâches ménagères pas loin !

Pour toi être maman a-t’il était un frein ou un moteur pour ton projet ?

Ca a été un vrai moteur : sans enfant, je n'aurais jamais eu l'idée de créer quoi que ce soit ! Mes toutes premières testeuses ont été mes filles ! J'ai pu créer de nouvelles choses en m'inspirant d'elles. Et elles le sont toujours, même en grandissant.

 

Qu’est ce qui a été ou qui est le plus difficile pour toi ?

Sans aucune hésitation : quitter mon CDI de juriste ! Ce n'est pas vieux, ca date de décembre 2015, il y a un peu plus d'un an. Je rêvais depuis le départ, de manière utopique, de vivre de cette activité créative, mais je n'y croyais pas une seule seconde ! Ca faisait rire mon entourage, ca n'était pas sérieux.

Certaines circonstances m'ont amené à repenser à mon emploi, pour des raisons qui n'ont rien à voir avec les créations. Ca a été difficile, mais je me suis accrochée à mon activité d'auto-entrepreneur pour prendre une décision et avoir un semblant de perspective d'avenir. J'ai eu la chance d'être soutenue par mon conjoint, ma famille et même mes collègues d'alors ! J'en profite pour les remercier tous, ca n'a pas été une période des plus simples.

Je dois avouer que je ne pensais pas tenir plus de quelques semaines, quelques mois maximum, en tant que créatrice à temps plein !

Aujourd'hui je n'ai aucun regret, je suis plus heureuse, plus épanouie que jamais, je referais la même chose sans hésiter.

La petite fée d'Elyce Création

La petite fée d'Elyce Création

D’où vient le nom de ton entreprise Elyce creation ?

C'est assez simple, de mes plus belles créations, de celles qui sont à l'origine de tout ca : mes 2 filles, Emmy et Alice, qui ont aujourd'hui 6 et 4 ans. Je voulais leur rendre hommage, alors j'ai tenté la combinaison de leurs prénoms.

C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il n'y aura pas de 3ème enfant : il serait totalement mis à l'écart, et l'injustice n'est pas mon fort ! 😛

Peut-on dire que ton projet est un projet familial ?

Oui ! Quand on réalise des commandes en pyjama, le dimanche matin, avec l'une qui trie les couleurs, et l'autre qui s'amuse à écrire des mots avec les lettres, c'est indéniable ! Je ne parle même pas des conversations téléphoniques avec des clientes, alors que ma fille de 4 ans hurle qu'elle a fait caca et le répète en boucle, téléphone ou pas téléphone ! C'est encore arrivé la semaine dernière.

Comme je travaille à la maison, tout se mélange souvent : je réalise des commandes tout en faisant les devoirs avec ma grande, ou bien en surveillant le repas sur le feu.

Mon conjoint m'aide également beaucoup, il me donne son avis (mais les avis d'homme ne sont pas forcément les bons !), il me soutient, il réalise quelques créations également, notamment sur les salons où il m'accompagne à chaque fois.

Ma grande de 6 ans, lorsqu'on lui demande ce qu'elle voudrait faire plus tard, répond : "comme Maman ! Des attache-tétines et des colliers !" D'ailleurs elle commence doucement à m'aider, je lui mets les perles en place, dans le bon ordre, elle n'a plus qu'à les enfiler. Elle a hâte de savoir lire pour faire des commandes toute seule, comme une grande.

Un jour, Une femme : Lucie, La Fée Aux Perles

Quels conseils donnerais tu à des mamans qui voudraient se lancer et devenir mompreneur comme toi ?

2 points me semblent primordiaux :

- Toujours faire attention à son travail, être minutieux, imaginer la personne qui ouvre sa commande et qui l'examine sous chaque couture. Chaque personne, chaque commande, est importante, il faut la traiter avec soin. Le bouche à oreille fonctionne rapidement, dans un sens comme dans l'autre : si vous souhaitez durer, ne négligez pas le soin que vous apportez à vos réalisations.

- Ne pas se dévaloriser en vendant aux prix des grandes surfaces ou du Made In China : c'est une grosse erreur et c'est surtout incomparable. La semaine dernière, je voyais encore une créatrice s'interroger sur les prix de vente de ses boucles d'oreilles, évidemment faites à la main, entre 5 et 10 euros... C'est ce qu'on trouve aux caisses des grandes enseignes, faites en milliers d'exemplaires identiques, de manière industrielle ! Ce qui est valable pour eux ne peut pas l'être pour nous, petits créateurs. Il faut bien prendre en compte le coût des matériaux utilisés, le temps passé sur chaque création, le nombre de vente moyenne mensuellement, son taux horaire... A ce sujet, je vous conseille fortement la lecture du blog "les pies bavardes" qui donne plein de bons conseils aux créatrices, surtout lorsque l'on débute (par exemple : calcule du coût de revient de tes créations : http://lespiesbavardes.com/calcul-du-cout-de-revient-de-tes-creations-ton-tarif-horaire/ )

 

Y-a t’il quelque chose de particulier que tu voudrais partager avec nous ?

Oui, ça peut paraitre utopique... Avec le recul, je me rends compte que le système scolaire tel qu'il est aujourd'hui, ne permet pas d'envisager ce genre de vie professionnelle, ce genre de rêve. D'après ce que j'en ai vu, auprès d'autres mompreneurs, ça arrive souvent par hasard, au cours d'un congé parental par exemple. L'envie de créer, de faire des choses uniques, par soi même, de les partager, de s'épanouir dans un mode de vie totalement différent de celui de salarié... est absent.

Il est dommage de toujours mettre en avant la réussite en parallèle de grandes études, de la compétition, de gros salaires... Qui de l'épanouissement personnel ? De faire ce qui nous rend réellement heureux ? Je ne parle pas de vivre d'amour et d'eau fraiche, mais les enjeux et les pressions que nous vivons depuis tout petit ne me paraissent pas compatibles avec ce à quoi nous devrions aspirer. Les modèles nordiques, en Finlande ou en Suède, par exemple, se rapprochent beaucoup plus de cela.

Je dis souvent, en rigolant, que j'ai fait 6 ans d'étude pour, au final, enfiler des perles ! Non que ca ne m'ait rien appris... J'ai acquis des connaissances, mais en aucun cas l'expérience pour faire ce que je fais aujourd'hui. Je ne suis pas commerciale, je ne suis pas comptable, je ne suis pas web-designer, je ne suis pas préparateur de commande, je ne suis pas experte en réseaux sociaux, je ne suis pas photographe... Je suis un peu tout ca à la fois. A force d'essayer, de tâtonner.

 

PS : je serais au Salon Baby à Paris, porte de Versailles, du 10 au 12 mars, pour réaliser des créations personnalisés sur place, venez nombreux !

Tout droit réservés My Sweet Little Baby © 2014  -  Hébergé par Overblog