Pour un enfance heureuse, être mère au foyer

  • Lo.

Assise au milieu du salon, je n’ai jamais eu l’impression d’être aussi lasse. Les journées s’enchainent et j’ai l’impression que ma vie s’emmêle. D’aussi loin que je me souvienne être femme au foyer était pour moi un statut qui me faisait rêver, autant que les coupures de magasine de ELLE et autres marchants d’étoiles. Je m’imaginais la femme élégante et raffinée qui s’occupait de son intérieur, de ses enfants et de son mari avec enthousiasme et plaisir, toujours souriante et organisée, bien habillée et maquillée, un vrai cliché antiféministe déterré des années cinquante.

Pour un enfance heureuse, être mère au foyer

Surement  parce que ma mère me l’a inspiré. Elle a élevé quasiment seule quatre enfant qu’elle a eu en 9 ans, et du haut de mon enfance, elle me semblait merveilleusement tout gérer. Pourtant je sais à quel point elle souffrait de cette situation et de ce rôle qu’elle subissait sans l’avoir vraiment choisi. Je l’ai vu se détruire en se sacrifiant pour nous.

Et pourtant, l’image de la femme au foyer me fait toujours autant rêver. Sans doute ce démon que nous trainons tous, cette idée que personne s’avoue et qui pourtant nous guide sans  relâche ; « faire mieux que ses parents. », réussir là où ils  ont échoués.

Ma mère a subi une partie de ses grossesses, sur 4, deux n’ont pas été désirées. Même si ça n’a été que momentané et qu’elle s’est révélé être une merveilleuse mère, je ne suis pas sûre qu’elle se soit vraiment épanouie, ce n’était pas une passion, mas un devoir. Quand elle a repris ses études à quarante ans, seule, avec quatre enfants à charge, je l’ai vu revivre. Aujourd’hui, c’est une femme d’affaires épanouie et qui a retrouvé en grande parti sa liberté.

Pour un enfance heureuse, être mère au foyer

Personnellement, faire et élever mes enfants est un choix à part entière et encore plus, une vocation. Je suis passionnée par mon rôle et je m’implique à dix mille pourcent.

Je ne cherche pas à être la meilleure, mais à donner le meilleur de moi-même. Pour moi, la différence est essentielle. J’ai eu une belle enfance, mais qui a fini trop vite. Je veux pouvoir donner tout ce qui m’a été donné et encore plus à ma fille.

Je me sentirai mal de ne pas avoir tout donné pour moi, au-delà d’en simple devoir maternelle, je le vois comme un accomplissement pour moi et pour elle. L’enfance et si courte comparée à tout ce qu’elle devra vivre ensuite. On ignore encore les épreuves (et il y en aura) qu’elle devra traverser et je veux la préserver au maximum, lui donner le maximum de tendresse, de bonheur et d’émerveillement qu’il est possible de donner et de recevoir pour qu’elle puisse pouvoir s’y raccrocher dans les heures plus sombres ou quand je ne serai plus là.

Un jour quelqu’un m’a dit qu’il était égoïste de faire des enfants de nos jours avec la société dans laquelle nous vivons. Qu’il n’y avait plus rien à tirer de l’humanité, que nous étions tous perdus.

J’ai trouvé ça triste et j’étais désolée qu’on puisse penser quelque chose comme ça. Car lorsque je regarde ma fille, ou n’importe quel enfant que je côtoie, quand je me mets à sa portée, et que je regarde le monde à sa façon, tout me parait si merveilleux, si doux, si parfait, le bonheur semble se trouver partout où ils posent leurs yeux.

Alors je me dis que le bonheur de notre société ne doit pas être si loin non plus, c’est juste que nous ne le voyions plus, nous somme conditionnés par la peur de l’autre et l’angoisse du futur.

Mais si nous avions tous eu une enfance heureuse, douce et tranquille, si chacun de nous était entouré en permanence de personnes aimantes et souriantes, tout ne serait-il pas différent ?

Pour un enfance heureuse, être mère au foyer

Je suis sans doute niaise et naïve, mais je suis convaincue que le bonheur de nos enfants est la condition sine qua non d’un avenir plus brillant pour l’humanité.

C’est un peu la théorie du philosophe Alain sur le bonheur, il faut rendre les autres heureux pour être heureux soi-même.

Alors voilà. Malgré mon passage en Hypokhâgne, mon bac+5 et l’avenir qui aurait pu être brillant que j’aurai pu vivre, je me retrouve exténuée sur mon canapé, après 7h de ménage réalisé tout en m’occupant de ma fille, et en organisant et gérant trois milles autres trucs administratifs atroces.

Je n’avais pas forcément imaginé tout ça.

Mon rôle de mère si, mais pas celui de femme de ménage. Si encore il y avait de la reconnaissance, mais même pas.

Par moment je me sens juste comme condamné par les dieux grecs à devoir faire le ménage à l’infini sans résultat, à travailler toute la journée, à m’épuiser à la tâche pour constater une fois arrivé à la fin de la maison que la première pièce est déjà sale et qu’il faut tout recommencer.

Elever des enfants et déjà un travail prenant à 100%, quand en plus on doit travailler et gérer la maison… c’est de l’esclavage.

Pour un enfance heureuse, être mère au foyer

Je ne sais pas si vous me suivez toujours, mais e que je veux dire c’est oui, je suis convaincue qu’être à la maison est indispensable au bonheur complet de mes enfants.

En revanche, passer mes journées à faire le ménage, tout en travaillant de chez moi et en surveillant me fille, j’ai comme l’impression d’avoir été dupée.

Alors je suis là. Un peu écœurée de la situation, qui devient insoutenable quand on te lance « tu as de la chance de ne pas travailler ! ».

J’aimerais que le travail de mère au foyer soit reconnu et différencié de femme de ménage ou femme au foyer. D’autant plus quand on travail à domicile, ce qui arrive de plus en plus aux mamans aujourd’hui.

J’aimerais pouvoir me consacrer à 100% à mon métier de maman, à être reconnu comme utile à la société, et ne plus être vue comme une femme de ménage en congés éternelle près à servir tout le monde. J’élève mes enfants, je travail, le reste devrait être des corvées exécutées de manière équitables au sein du couple.

Un article long et intime, je le sais, ce n’est pas forcément ce que vous cherchez le plus, mais la vocation première de ce blog est de pouvoir écrire ce que je ressens, et je veux continuer à le faire comme au commencement.

Je vous remercie tous de me suivre, vous me comblez de joie et vous êtes chaque mois plus nombreux, j’ai d’ailleurs du mal à le croire !

A très bientôt,

Laura.

Carole Lafleure 24/03/2017 19:58

Bonjour,

Mon histoire de sorcellerie que j'ai fais à mon mari à cause de nos disputes qui tend vers le divorce.

Il y a un peu plus de 2 mois j'ai posté sur un forum pour avoir des infos afin de faire de la sorcellerie sur mon mari, une personne ma mise en relation avec un homme qui pratique la sorcellerie,donc j'ai contacté la personne et elle m'a demandée des photos etc... j'ai voulu le faire sur mon mari parce que il y a 1 an il m'avait quitter pour une autre avec qui il avait aménagé on était donc sépare j'ai hyper mal vécu tout ça cette séparation j'ai chercher par tous les moyen pour qu'il revienne et la personne m'a envoyé un talisman avec des mots écrit en arabe que je devais mettre dans une bouteille d'eau et prépayer le café pour mon mari elle travaillait de son côté avec nos photos mon mari est revenu en pleurant il y a 3 semaines j'ai été choqué jamais mon mari n'avait pleuré pour moi ou n'était pas bien pour moi il ma demander de lui pardonner et qu'il m'aimait très fort aujourd'hui je suis très heureuse avec lui,je suis très contente et encore plus amoureuse de lui.

Alors pour tous vos problèmes (ruptures amoureuses ou de divorce, maladies, chance, stérilité, problème de blocage, d'attirance de clientèle, problème de chômage,pacte pour devenir riche etc...) je vous conseille de faire comme moi.

Je vous assure que vous trouveriez satisfaction ou résolution à vos problèmes,pour cela voici les coordonnées du maître spirituel :

Email : maitre.feticheur@gmail.com

Tel :(00229) 68-72-15-51

Bonne chance a vous.

aspiration centralisée 02/12/2016 16:41

C'est excellent, toute les illustration et les photos sont top.

laura 22/09/2016 21:25

Pour ma part je trouve que c'est le meilleur article que tu es écrit sans doute parce qu'on sent qu'il vient du cœur :-) ayant été en congés parentale pendant 3 ans je comprend parfaitement ton ressenti sur le manque de reconnaissance.Combien de fois j'ai eu la question tu fais quoi dans la vie? quand tu répond j'élève seule mes 2 enfants et que tu vois la tête de l'autre ce dire à elle fait rien quoi tu as juste envie de lui dire je pense que je me bouge beaucoup plus que toi dans la journée pourtant mais je pense qu'au fond on s'en fiche ne cherche pas la reconnaissance d’autrui sachant que tu ne l'aura jamais pour avoir fait pas mal de métiers différents les gens pensent de toutes façon toujours faire un travail plus dur que toi!! :-(
Quand au ménage oubli le un peu on a qu'une vie et surtout les enfants grandissent vite tu auras tout le temps après pour le faire :-) en gros on à qu'une vie alors vie la à fond en faisant plus de chose que tu aimes et beaucoup moins longtemps celles que tu n'aimes pas et oublie la reconnaissance du moment que tu est heureuse le reste on s'en fiche :-)

Lo. 27/09/2016 23:43

Merci beaucoup, tu as raison sur beaucoup de chose, mais c'est vrai que c'est rageant l'image que les gens ont de nous, j'ai encore beaucoup mal à m'en détacher et à assumer, malgré le fait que j'adore pouvoir être là pour ma fille. Il va falloir que j'apprenne à être moins exigeante avec moi meme...

Ludivine 22/09/2016 15:56

Du moment que que l'on ait une activité professionnelle ou pas, nous avons toutes les mêmes difficultés. Le ménage et l'organisation nous incombent la plupart du temps. C'est malheureux mais c'est bien la réalité. je travaille à domicile, je suis blogueuse comme toi et je lance prochainement un site e-commerce. Eh bien tu sais quoi, je fais le ménage, je m'occupe des enfants tout pareil que toi ! Pourtant, j'adore ma vie et pour rien au monde je ne retournerai travailler ailleurs. Parce que j'ai la chance de pouvoir profiter de mes enfants, d'aller les chercher à l'école et cela n'a pas de prix. Tu sais le ménage et tout le reste je crois que nous nous mettons beaucoup de pression toutes seules. Qui t'impose que ta maison soit toujours nickel ? T'inquiètes quand les enfants seront partis il y'a aura beaucoup moins de bazar. Alors vie, profites de ta fille et dites toi que tu fais le plus beau métier du monde : être maman et qu'en plus tu as le temps de le faire (c'est ultra chouette). Sois fière de toi ! :D

Lo. 27/09/2016 23:49

Hello Ludivine !
Tu sais j'adoore être à la maison, mais ça n'empêche qu'il y a des jours ou tout faire à la maison, travailler et y vivre c'est loin d'être simple. C'est merveilleux, mais ça peut aussi devenir un peu aliénant et l'isolement est dur à supporter.
D'autant qu'être assistante maternelle en plus m'impose des contrainte horaires strictes, je ne peux pas décider de sortir ni bousculer mon planning quand je le souhaite et ça m'handicape pas mal dans ma vie de femme. ça veut dire que pour moi je suis bloquée à la maison de 7h30 à 19h avec au mieux une sortie au parc ou au RAM, pas de possibilité de recevoir de la visite, ou de partager mes repas de temps en temps, ou de juste sortir faire les courses le soir (tout est fermé).
Je ne me plaint pas vraiment, comme je te l'ai dit, je l'ai choisi, mais je je m'avoue juste qu'il y a des jours ou c'est plus pesant que d'autres ;)

Lucie C. 22/09/2016 12:50

Bravo pour ta prise de position ! Je pense qu'il faut vivre sa vie au mieux et selon sa conviction et selon moi c'est une chance de pouvoir choisir! Car il y a des femmes qui ne peuvent pas se permettre de travailler à la maison ou se consacrer à la tache très complète d'une maman au foyer. De toutes les façons nous n'avons pas demandé à naître alors faisons au mieux pour utiliser notre temps et accomplir nos idées.

Tout droit réservés My Sweet Little Baby © 2014  -  Hébergé par Overblog