J'écris donc je suis. Le pourquoi du comment de ce blog

J'écris donc je suis. Le pourquoi du comment de ce blog

 

Chez moi, j’ai une grande bibliothèque qui fait ma fierté. Les livres m’ont toujours rassurés. Quand j’habitais Paris, j’adorais rentrer dans l’une des 830 bibliothèques Parisiennes et trouver un coin, au milieu des rayonnages, à l’abri des regards, ou je pouvais me lover comme dans les bras d’une mère. Assise au milieu des livres, je me savais entourée de milliers de personnages dont beaucoup sont devenus des amis qui m’ont accompagnés des nuits et des jours durant et qui pour certaines, ne m’ont plus jamais quittés.

Quand le spleen montait, que le bourdon m’envahissait, je courais à la bibliothèque, la première que je trouvais, où que je sois dans paris, tant qu’il y avait des livres, elles m’étaient toutes familières.

Mais une nuit, après une dispute et crise d’angoisse, sans aucune bibliothèque ouverte à la ronde, j’ai paniqué. Je suis sortie de chez moi en courant, et j’ai marché, marché, jusqu’à me rendre compte que j’étais arrivée sur le Champs de Mars, sous la Tour Eifel. (bon, ce n’était pas si loin de chez moi…)

Ce que j’adore à Paris c’est quel que soit l’heure, il y a toujours de l’animation, ou quelqu’un, quelque part avec qui discuter quand rien ne va.

Et cette nuit-là, j’avais 15 ans, et rien n’allait. Et comme dans le Petit Prince, « je sortis de ma poche une feuille de papier et un stylographe » je me suis assise, et j’ai écrit. J’ai écrit tout ce qui me traversait l’esprit, tout ce qui m’encombrait le cœur, et quand j’ai eu fini, il faisait jour. Je suis rentrée, et j’ai pris une baffe mémorable, ahah ! (mais c’est une autre histoire.)

Mais cette nuit-là, pendant que j’écrivais, une dame c’est assise à côté de moi (elle devait être surprise de me voir là au milieu de la nuit à écrire.) Elle m’a demandé si elle pouvait lire, j’ai acceptée, et elle est restée là à lire au fur et à mesure que j’écrivais. Elle a fini par s’arrêter et elle m’a fait un câlin en me disant « tu sais, un jour ou l’autre, tout finira par s’arranger. » Elle m’a demandé si elle pouvait m’aider, j’ai refusé, elle est parti. L’histoire s’est terminée, mais elle m’a marquée.

J’écrivais depuis mes 10 ans à peu près mais je n’avais jamais eu conscience que l’écriture servait avant tout à être lue. Et qu’en écrivant, je m’exposais forcément aux yeux de potentiels lecteurs.

Depuis ce jour, j’ai rempli des dizaines et des dizaines de carnet mais avec cette fois la perspective d’être lue un jour. Tellement de carnets qu’ils remplissent plusieurs rayonnages de ma bibliothèque. Et j’en suis fière de ma bibliothèque.

Ce blog, c’est la continuité de mes carnets. C’est cathartique, quand je l’ai commencé, c’était un moyen de me libérer, un lieu ou je m’imaginais seule, tout en m’exposant volontairement à la lecture de tous. Surement pour y trouver une source de réconfort dans l’idée que je n’étais pas la seule à vivre ce que je vivais.

Sur les réseaux sociaux, Instagram notamment, j’ai une vraie communauté d’amies avec qui je partage tout depuis plus d’un an maintenant, et ça c’est aussi grâce à  mon blog. En se livrant on créait des liens, et c’est le but de la vie, la relation aux autres.

Voilà pourquoi je suis là. Pourquoi je partage tout avec vous, j’aime écrire, c’est même indispensable à ma vie, comme d’autres chantent, dansent, font du sport de manière addictive, l’écriture est pour moi une douce et profonde addiction sans laquelle je n’arriverais pas à garder la tête hors de l’eau.

Tous mes billets ne peuvent pas être aussi intime et développé que celui-ci, en choisissant d’ouvrir un blog, il faut aussi faire des choix, s’adapter à ses lecteurs, à ce qu’ils attendent de nous, et je sais que les articles que vous préférez sont ceux que j’appelle « outils » avec des conseils, des solutions, des idées, pour d’autres c’est les articles avis et partage de bons plans, alors je m’adapte, et je fais un peu de tout, tout en respectant ma ligne éditoriale.

Ce n’est pas toujours évident, parfois je dérape un peu, je me trompe, je me perds, je ne suis pas parfaite, loin de là, je fais juste de mon mieux.

Mais quoi qu’il en soit, je prends plaisir à le faire.

Alors encore une fois, 100 000 mercis d’être là, de me lire tous jours, je n’y aurais jamais cru !

Merci à tous.

Lo. 

Carmele 01/06/2016 17:17

Un seul mot, BRAVO....Merci pour ce texte et bonne continuation!

Lo. 01/06/2016 21:12

Merci du fond du cœur, ça me touche beaucoup, mille mercis à vous !

mariejeanne 19/05/2016 16:14

Je suis très touchée ! C'est tellement beau... je suis vraiment heureuse que tu écrives, c'est un plaisir de pouvoir te lire, n'arrete surtout pas !

Lo. 01/06/2016 21:13

C'est tellement gentil... merci, merci, merci, je ne serai rien sans vous !

Tout droit réservés My Sweet Little Baby © 2014  -  Hébergé par Overblog