Cododo Mon Amour

Je dois avouer que j’avais peu réfléchi à la chose. Je savais que je voulais allaiter, car ma mère nous avait tous allaité et que c’était vraiment une évidence en plus d’être une envie profonde. Mais pour le reste, je n’avais pas trop d’avis. Je ne suis pas de genre à faire de vague à moins qu’on vienne me piquer, le cododo, j’en avais entendu parler, ça me semblait tout de même un peu dangereux cette affaire, quant à l’écharpe de portage, j’aimais bien l’idée, mais les nœuds me faisaient peur, bref, je n’étais pas convaincue.

Et puis un jour d’aout, à 23h20, Alice est née. On a vécu notre première séparation physique. Et j’ai détesté. Alice n’est pas un gros bébé. 2kg440 à la naissance, ce qui impliquait de la réveiller la nuit toutes les deux heures pour l’allaiter, autant vous dire que je n’ai pas beaucoup dormi les premiers jours à la maternité.

Ensuite, il y a eu le baby blues. Franchement je ne m’attendais pas du tout à ça. (J’en reparlerai dans un prochain article.) mais j’angoissais complétement à l’idée d’être séparée de ma fille. Quand je dis séparée c’est que l’idée qu’elle dorme dans le berceau à 30cm de mon lit était un calvaire. Je me contorsionnais comme pas possible pour passer ma main au-dessus des parois du berceau (évidemment plus haut que le lit, hein…) pour pouvoir être en contact avec mon petit trésor.

Cododo Mon Amour

Et puis l’idée est venue. Et si… ? Et si j’osais ? Oui, mais que vont penser les puéricultrices, sages-femmes, pédiatres, qui débarquent dans les chambre toutes les 5 min ? Que vas ton penser de moi si je dors avec mon enfant ?

Je le savais, on m’avait mise en garde, j’avais entendu des reportages, ou juste des discussions qui condamnaient ouvertement et fermement le cododo, montrant du doigt l’irresponsabilité des parents, leur inconscience, voire même leur maltraitance d’oser remettre en cause les règles de notre chère société occidentales, certain disaient même que c’était malsain et meurtrier.

Alors je n’ai pas osé. Je n’ai rien fait, je l’ai laissé dans son petit berceau, ou alors comme elle pleurait beaucoup la nuit, je marchais des nuits entières dans les couloirs de la maternité, avec My Sweet Little baby calmement endormi dans mes bras, parce que si j’essayais de la poser dans son berceau, c’était le drame, et parce que si je la laissais s’endormir contre moi, moi aussi je m’endormirais, et on me verrais, et on me jugerait

Du coup, je n’ai pas dormi pendant… 4 jours. Ou 5 peut être. Je dormais 2h le matin, 2h l’après midi. 2h en début de soirée, quand le papa était la, ou quelqu’un. Mais la nuit, je ne fermais pas l’œil.

Puis l’heure de la délivrance a sonné, je suis rentrée chez moi, à l’abri des visites impromptues et des regards méfiants, et la première chose que j’ai fait, c’est poser ma fille dans notre lit, je me suis mise à côté d’elle, et on a dormi. On  a dormi tellement longtemps que quand je me suis réveillée, j’étais en forme

Cododo Mon Amour

Et depuis ce jour, ma fille « a fait ses nuits » je mets entre guillemets parce qu’Alice reste un bébé allaité et qui plus est, un bébé allaité à la demande, mais aussi un bébé allaité à la demande qui en plus a du mal à prendre du poids. Du coup pour moi, une « bonne nuit » = 6h de sommeil d’affilé.

Mais voilà, à 8 jours, Alice, malgré son petit poids dormait 6 heures d’affilées. Et pour moi, c’était déjà une victoire.

Au début le berceau est resté près du lit. Et puis avec le temps, il a servi de porte manteau, puis de bac à linge, puis on l’a viré. On a viré aussi les coussins qui empêchaient Alice de tomber. On a acheté une barrière de sécurité enfants, on l’a fixé de mon côté du lit. Et depuis, on savoure.

Même le mari adore se réveiller le matin et voir notre petit cœur attendre paisiblement qu’on se réveille. Oui parce que maintenant, ça fait 6 mois déjà. 6 mois de cododo, 6 mois d’allaitement, 6 mois de partage et de bonheur. Il y a eu des nuits difficiles bien sûr. Ca ne règle pas tout. Ce n’est pas LA solution, mais c’est la nôtre. 

My Sweet Little Famille

My Sweet Little Famille

Alice se réveille toujours la nuit pour téter. Et le matin, quand elle se réveille avant nous, elle est la dans le lit et ne dit rien, bon… je la sens gigoter près de moi, alors j’ouvre les yeux, et je la vois qui me souris, elle sourit encore plus fort quand elle voit que je suis réveillée, et elle s’autorise à venir toucher mon visage avec ses petites mains. Et ça, ça n’a pas de prix.

Aujourd’hui, Alice fait ses siestes la journée dans son lit. Il n’y a que la nuit que nous la couchons dans notre lit. Le soir, ça reste assez difficile, je me couche avec elle, je l’allaite allongée, j’attends qu’elle s’endorme et je me faufile hors du lit pour rejoindre mon mari dans le salon pour le temps des adultes.

Alice m’a d’elle-même fait comprendre qu’elle ne voulait plus faire la sieste avec moi dans le grand lit, elle était agité, elle chouinait quand j’étais là et avait du mal à s’endormir. J’ai compris et maintenant, elle fait ses siestes dans son lit, qui est par contre dans notre chambre. On fait les choses progressivement, à son rythme, au notre aussi, à notre façon. Dès fois il y a des ratés, rien n’est figé, rien n’est parfait, c’est la vie.

Mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est la sentir contre moi la nuit, partager des moments de complicité et des éclats de rire tous les trois, mais aussi le fait d’être en forme. Grâce au cododo j’ai été très peu fatiguée après mon accouchement, j’étais vraiment en forme et j’ai pu profiter pleinement et sereinement de ma vie de mère, de ma fille, de mon mari et c’était important pour moi. Ça m’a aidé à tenir le coup.

Et puis je n’arrive pas à comprendre comment on peut imposer à un petit bébé de dormir seul la nuit alors que nous ne le faisons pas nous même !

Quant aux risques, oui, il y en a. Il y en aussi à laisser les bébés seuls dans leur lit des heures durant pour la nuit ou la sieste. Comme tout, le cododo doit être pratiqué de façon sécurisante, ici nous procédons ainsi :

  • Nous ne sommes pas fumeurs.
  • Ne de buvons pas d’alcool (très, très rarement)
  • Ne prenons ni somnifère ni drogue (c’est important à préciser.)
  • On a chacun notre couette, Monsieur était très grand, ça évite qu’il nous recouvre sans s’en rendre compte le bébé et moi en tirant sa couette jusqu’à sa tête.
  • Les 3er mois, Alice ne dormait que de mon côté. Jamais entre papa et maman. Les pères n’ont pas les hormones d’hypervigilance qui nous empêchent d’écraser bébé pendant notre sommeil.
  • On a installé une barrière de sécurité de mon côté du lit, ainsi bébé ne risque pas de tomber ou de se coincer entre le lit et le mur risquant l’asphyxie.
  • Alice est toujours installée plus haute que moi.
  • Elle n’est pas recouverte par la couverture et n’a pas non plus de couverture, nous prenons garde à la température de la température de la pièce pour qu’il fasse assez chaud (mais pas trop !).
  • Et j’allaite. Il faut savoir que le fait d’allaiter produit chez la femme une hormone qui nous permet d’avoir une attention accrue pendant notre sommeil. Je l’entendrais battre des cils. 

 

 

On lit beaucoup d'article qui font une très mauvaise presse sur le cododo, en réalité, dans les pays où il est commun de dormir avec son bébé, la Mort Subite du Nourrisson existe à peine ! J'ai lu un article sur le sujet il y a peu de temps, mais impossible de le retrouver... Et il disait que les pays habitués ne comprennaient même par le terme de "MSN" car pour eux il était invraisemblable qu'un nourrisson puisse mourrir comme ça, d'un coup, sans raison apparente. 

Bref... tout serait qu'une question de culture. L'OMS a d'ailleurs publié il y a peu un communiqué indiquant que le co-sleeping (cododo) ne mettait pas plus en danger l'enfant que de dormir seul si les parents respectaient les règles de base. (tout comme il en existe pour le couchage du bébé dans son lit.

 

voilà... cette article me tenait à coeur, je ne souhaite pas ouvrir de débat, chacun est libre d'éduquer ses enfants comme il le souhaite, je ne le pensais pas, mais je me suis retrouvée maternante malgré moi, en suivant mon instinct, en écoutant les besoins de mon bébé, en laissant faire les choses sans préjugés ni regrets et en nous faisant confiance. 

 

Je vous souhaite à toutes de trouver VOTRE solution.

 

Merci encore à tous les lecteurs ! D'ici quelques jours je vais atteindre les 100 000 vues... je ne l'aurais jamais imaginé,100 000 mercis à vous tous !

 

Lo. 

 

Tout droit réservés My Sweet Little Baby © 2014  -  Hébergé par Overblog