Echo de contrôle, 35sa+4, si tu veux paniquer, c’est le moment ! Retard de croissance et autres désastre

Echo de contrôle, 35sa+4, si tu veux paniquer, c’est le moment ! Retard de croissance et autres désastre

Après son mois d’absence, je retrouve ma gynéco habituelle avec ses 45mn de retard habituel.

Elle commence l’écho, et là, après un long silence, elle commence à poser des tas de questions : Avez pris du poids ? Vous trouvez que votre ventre a grossi ? Et vous monsieur, vous trouvez que son ventre a grossi ? Vous sentez bien bébé ?

Malgré son interrogatoire, elle reste silencieuse, je commence à m’impatienter, et après ces 8 mois de ballotage, j’en ai marre et je décide de passer en mode rentre dedans et je lui balance : « Bon qu’est ce qui se passe exactement ? Ce n’est pas bon, c’est ça ? Elle a cassé sa courbe ? »

Elle me répond que oui, Alice a cassé sa courbe, c’est assez inquiétant pour m’envoyer tout de suite à la maternité.

Elle est passé du 12e percentile à peine au 3e percentile. Même moins, mais on ne peut pas calculer en dessous du 3e percentile. Avec cela, un Notch bilatéral est repéré, le sang circule mal du bébé à moi, ce qui explique surement le retard de croissance.

Elle termine l’écho, me donne le compte rendu, et me dit « bon, je ne veux pas attendre, c’est plus prudent, pour moi, on va vous hospitaliser de suite, et vous déclencher d’ici la fin de la semaine, à 36sa.

Là, dans ma tête, c’est la PANIQUE.

Quasiment rien n’est prêt ! Heureusement, la veille, j’avais fait les dernier achat nécessaires pour faire ma valise de maternité, mais grosse tuile : la machine à laver est tombée en panne, je n’ai plus aucun fringues de lavé, la valise n’est pas faite, chéri n’a aucune idée de ce que peut bien être une turbulette ou une brassière et se voit mal la préparer sans aide, pour moi, stressée de la vie, c’est la folie !

Concrètement parlant, là, je fais une crise d’angoisse monstrueuse, j’appelle ma mère, ma sœur, ma meilleure amie, je raconte tout.

Je savais qu’il y avait des possibilités de déclenchement, mais je n’avais pas réalisé pouvoir accoucher si vite !

Pour moi c’est trop tôt, je suis pas prête à avoir mon bébé, pas psychologiquement, mais d’un point de vue organisation. J’ai besoin que tout soit parfait pour l’arrivée de ma fille.

A la mater, 2h de monito, 1h d’attente et de débat au sein de l’équipe, on vérifie mon col, déjà ouvert à 1cm, ça pourrait faire pencher la balance pour un déclenchement.

J’ai très peur pour mon bébé, je sais que si on me demande mon avis, j’opterais pour le déclenchement. Depuis le début de ma grossesse, j’ai un mauvais pressentiment, j’ai pas l’impression de pouvoir donner vie à un bébé en bonne santé, voire vivant. (vive le traumatisme des fausses couches !)

Finalement, on me rassure, mais on me dit que ce genre de situation est difficile, mais qu’elle est sous contrôle, que pour le moment, personne ne prendra de décision, je peux rentrer chez moi, le lendemain a lieu le staff des médecins à la mater, ils prendront ensemble une décision, on m’appellera pour me donner le résultat.

Pour moi, c’est le pire. On m’a fait paniquer et on me renvoie chez moi sans réponse, juste un monito correcte…

On m’appellera le lendemain matin à 10h pour m’annoncer qu’on met en place une hospitalisation à domicile (HAD), avec des sages-femmes qui passeront faire un monito 3 fois par semaine et une journée par semaine en hôpital de jour, jusqu’à ce quelque chose d’inquiétant se fasse sentir.

En gros, on attend que mon bébé aille mal. Je raccroche, et je fonds en larmes.

Tout droit réservés My Sweet Little Baby © 2014  -  Hébergé par Overblog