Le désir de maternité, ou L'attente expérimenté.

Le désir de maternité, ou L'attente expérimenté.

Tout au long de notre vie, nous sommes tous les jours confrontés à l'attente. Et avec elle, ce sentiment d'irritation, qui provoque stress, sueur, peur, angoisse, fébrilité et parfois même suffocation. La maternité est le moment idéal pour expérimenter ce genre d'émotions.

Je crois que les attentes ne se valent pas toutes. On pourrait les classer en deux catégorie principales :

1) L'attente dite de durée (ou temporelle).

Il est évident que d'attendre chez le médecin qui a déjà 45mn de retard, (alors que ton enfants hurle dans tes bras et a balancé ses jouée une bonne dizaine de fois sur chacun des autres patients) est tout aussi pénible que de faire la queue à la boulangerie le dimanche matin.( alors que tu as laissé le rotis dans le four et que Mr. ne pensera jamais à vérifier la cuisson.) De ce genre d'impatience émerge l'envie de juste réduire à néant les personnes vous précédent de manière brutale et radicale. Ce genre d'attente se manifeste aussi dans tous les bâtiments administratif, de types impôts, CAF, pôle emploi et boutique SNCF, qui ont le chic pour te faire patienter pendant des heures pour finalement te faire renvoyer avec l'étrange sentiment de t'être fait avoir...

2) L'attente essentielle. (celle qui nous intéresse.)

Non pas qu'elle soit en elle même essentielle, mais c'est plutôt que la raison qui nous pousse à attendre est essentielle pour notre existence. A ce moment là, tu sais que tu joues ta vie. Elle est assez facile à reconnaitre, ici, les secondes durent des heures, tu vérifie l’horloge tous les dixièmes de seconde en soupirant, tu retiens ta respiration, tu sens ton cœur battre dans tout ton corps, le monde disparait autour de toi... bref, c'est l'angoisse totale.

Et je crois, que de toutes les attentes que j'ai endurées, la pire que je n'ai jamais ressentie est de :

1) l'attente entre J14 et J28 de mon cycle. Ce moment ou à J15, tu t'arrêtes en écarquillant les yeux alors que tu es dans un bus bondé, dans le sens inverse de la marche, en te disant:

"Mon dieu ! J'ai mes première nausée ! Cette fois c'est sûre, je suis enceinte !". ou...

"AH, un petit pincement au niveau de l'ovaire gauche ! C'est sûr, c'est la nidation." ou...

"Je crois que je salive plus... c'est UN SIGNE !!"

(s'en suit en général une consultation effrénée sur Doctissimo, Magicmaman ou Aufeminin.com, pour te prouver à toi même que tu as raison car une fille sur 4 milliards à ressentie la même chose que toi une fois.)

Une fois toutes ces suppositions passées, vous vous rendre compte que vous en êtes toujours à J15 de votre cycle et qu'il vous reste encore deux semaines à tenir avant de pouvoir faire un nouveau test. L'angoisse totale.

Et à partir de ce moment, tu vas essayer de te raisonner, car il est clair que tu es en train de virer complètement FOLLE du côté obscur de la force, et tu te reprends en main.

Tu décide de mener des activités saines, qui te permettront de penser à autre chose.

Par exemple:

- Et si je regardais ce film que machine m'avait absolument conseillée de voir ! C'était quoi son titre déjà ? Huuuumm... ah oui !! "Le plan B" (entendons, "l'histoire d'une pauvre fille totalement canon qui n'ayant pas de compagnon décide de faire une FIV.") ou...

- pourquoi ne pas aller avec ta super copine (qui elle est enceinte) faire les magasins de puériculture demain après midi ? (le pire c'est que t'es super heureuse d'y aller et que tu agis comme si toi aussi tu l'étais (qui sait, c'est peut être contagieux !) et que tu vas t'amuser comme une folle en achetant des tas de chose rose que ton enfant ne portera sans doute jamais car à tout les coup ça sera un garçon.)

- Et si j'en profitais pour finir les livres qui trainent depuis des mois dans ma table de chevet ? Ho tiens "Le journal de moi... Enceinte" (Muriel Ighmouracène), J'avais adoré le début mais je ne l'avais pas fini... C'est le moment !

Le désir de maternité, ou L'attente expérimenté.

Bref... LES-DEUX-SEMAINES-LES-PLUS-LONGUES-DE-TA-VIE !

2) Une fois qu'elles se sont achevées, tu dois faire, le test de grossesse (si et seulement si tu as réussi à tenir jusqu'à là, sinon ça sera ton quatrième). On connait le processus par cœur à la longue, ça nous fait même plus peur, c'est même fastoche. Tu déballes le trucs, tu fais pipi dessus, tu rebouche le truc, et là, t'essayes de prendre un air détendu-Keep-cool-tout-va-bien, mais au bout de 2 secondes, tu as une tête de merlan frit, avec les yeux qui ressortent de leurs orbites tellement tu fixes l'écran de contrôle. Et là, tu attends 3 minutes (entendez 3 heures) durant lesquelles du te repasses ta vie passé-présent-futur (surtout le futur où tu te vois câlinant un magnifique bébé tout en saluant de la main l'ainé qui fait de la balançoire dans le jardin en riant aux éclats) jusqu'à ce que ton rêve s'explose en milles milliards de fragment de cœur lorsque s'affiche le fameux :

"PAS ENCEINTE" en caractère gras, sur le putain de test digital que tu as acheté une fortune pour finalement te faire insulter.

Bref. A ce moment là, il y a encore deux nouvelles possibilités. Soit tu laisses tombé l'affaire, en continuant ta journée comme si de rien n'était pour finalement t'écrouler le soir ou en te vengeant sur Mr.

Soit tu te dis que c'est peut être un faux négatif et s'ensuit alors une nouvelle virée sur forum en tout genre, pour te rassurer car "c'est arrivé à plein de fille, et c'est plutôt assez fréquent finalement" (biiiien sûr ! Tu te racontes ce que tu peux pour mieux dormir la nuit), et là, tu recommenceras un deuxième test, puis un troisième, jusqu'à ce que tu comprennes qu'avoir ses règles, c'est clairement un mauvais signe pour une grossesse.

Et au cas magique ou ton test vire ENFIN "ENCEINTE 1-2 SEMAINES", tu sautes de joies, exulte de bonheur, te trémousse dans tous les sens, passes dix milles coups de télèphone, prennes tous les RDV possibles, pour finalement te rendre compte qu'il te reste....

9 mois.... à attendre.

Amusez-vous bien !

Lo.

Tout droit réservés My Sweet Little Baby © 2014  -  Hébergé par Overblog